Pacte pour un Enseignement d’excellence : publication du rapport issu du Groupe de travail relatif au futur tronc commun

La Ministre de l’Education, Marie-Martine SCHYNS, a reçu ce mardi 2 mai le rapport final du Groupe de travail « tronc commun » du Pacte pour un enseignement d’excellence. Ce rapport a également été transmis au Comité de concertation, composé des acteurs de l’Enseignement.  

La Ministre souhaite d’emblée apporter les précisions qui suivent concernant le travail accompli et la suite qui y sera réservée.

Le cadre général de travail

Le Groupe de travail présidé par le professeur Marc Romainville, composé de 22 membres effectifs (représentants des fédérations de pouvoirs organisateurs, des différents syndicats, des associations de parents, d’enseignants, d’experts issus du monde associatif) et d’un groupe appui (5 membres, comprenant experts scientifiques, représentants de l’administration et du cabinet), a débuté ses travaux en octobre 2016. Sa mission principale était de poser les balises pour une réécriture des référentiels du futur tronc commun, et de les traduire dans des propositions concrètes de grilles horaires.

Un travail dense, un matériau à débattre

La Ministre salue le travail fourni. Certaines précisions importantes quant au contenu du rapport doivent être apportées :

-          Contrairement à ce qui a pu être affirmé, le Groupe de travail a veillé à ne pas réduire le temps accordé aux disciplines fondamentales, tout en étant attentif au fait de donner corps à la dimension polytechnique du tronc commun. Il envisage également  des périodes consacrées à un accompagnement personnalisé des élèves.

-          Le Groupe de travail recommande notamment :

  • l’intégration de nouveaux contenus et de nouvelles compétences disciplinaires ou transversales :
  • le renforcement des contenus et compétences techniques, technologiques, numériques ;
  • le renforcement des contenus et compétences artistiques ;
  • le développement de compétences transversales (notamment) :
  • esprit d’entreprendre et créativité ;
  • apprendre à apprendre et à faire des choix ;
  • des propositions de déploiement d’activités présentant des formats horaires non conventionnels et le développement de plus d’autonomie chez les élèves ;
  • la lutte contre le redoublement et la mise en valeur des spécificités de chaque élève par une intégration, dans l’horaire, de plages d’accompagnement personnalisé (pour permettre de la remédiation, de la consolidation ou du dépassement).

-          Enfin, le rapport contient une série d’exemples de grilles horaire. Pour rappel, toute grille horaire ne peut constituer qu’une balise indicative pour le fondamental.

Ce rapport laisse ouvertes de nombreuses questions, notamment relatives à l’organisation des cours de langues anciennes, d’histoire ou de géographie, sur la forme de l’accompagnement personnalisé (dispositifs de remédiation, consolidation- dépassement) mais également sur l’option qui consisterait à généraliser le passage à des périodes de cours de 45 minutes, organisées par blocs de 90 minutes ou plus.

La Ministre rappelle que le rapport formule des propositions et des orientations qui doivent encore être largement concertées, comme prévu par la méthode du Pacte. Ces propositions et orientations doivent être étudiées plus avant, du point de vue - notamment - de leur faisabilité, et ce avant que les arbitrages ne soient opérés. Il serait donc largement prématuré de les considérer comme une proposition aboutie de mise en œuvre du futur tronc commun.

La suite des travaux

Le rapport du Groupe de travail  est le fruit d’un travail d’élaboration collective, au départ d’acteurs représentatifs du monde de l’enseignement. Ce document et les pistes qu’il contient doivent encore transiter et être abondamment discutés :

-      au sein du comité de concertation qui rassemble les acteurs de l’Enseignement ;

-      au sein du comité de direction, présidé par la Ministre ;

-      au sein du Gouvernement et du Parlement.

La Ministre rappelle que le processus participatif, qui prend actuellement la forme de rencontres décentralisées organisées jusqu’à la mi-juin, se poursuivra dans un cadre redéfini à partir du mois de septembre et jusqu’au printemps prochain, prévoyant divers dispositifs participatifs en lien avec le nouveau tronc commun. Dans l’immédiat, un nombre limité de groupes de discussions thématiques (focus groupes) aura lieu de la mi-mai à la mi-juin sur les sujets du maternel et du tronc commun.

Enfin, il convient de rappeler que l'implémentation du nouveau tronc commun sera très progressive, de façon à permettre les ajustements concertés nécessaires, à assurer la préparation des équipes éducatives (en formation initiale et continue), et leur adhésion à la fois aux enjeux et aux modalités du nouveau tronc commun.

Le rapport du Groupe de travail est disponible sur le site www.pactedexcellence.be